Ce que m’inspire la séance du 6 juillet à l’Assemblée Nationale

Quelques simples remarques :

  • le discours de la première ministre : exercice convenu, un rien scolaire où l’on notera que le gouvernement propose des mesures comme la déconjugalisation de l’AHH refusée hier ou la nationalisation de l’EDF qui aurait également pu être faite antérieurement…
    • pour le reste ce sera plutôt continuité dans le louvoiement et les mesures inquiétantes (éducation, santé, retraite… )
    • une méthode de dialogue annoncée mais sans vision concrète
    • beaucoup de généralités et d’incertitudes

Un regret : comme d’autres politiques contaminés par le narcissisme de l’époque, le besoin de la première ministre de raconter sa vie personnelle, son parcours pour justifier de son engagement. C’est un peu faible et surtout n’a rien à faire dans un discours de politique générale.

Pendant le discours, j’ai beau avoir voté pour la gauche, j’ai été passablement déçu par les cris et l’attitude des députés, notamment sur ses bancs.

On pourrait se dire qu’il serait temps de grandir, de cesser les cris, les rodomontades, les effets de manche et que pour être percutant, il faut souvent mieux savoir argumenter avec calme car il y avait de quoi dire.

Bref, une belle après midi de juillet pour les abstentionnistes et qui n’auront pas regretté leur non vote. J’ai toujours voté, mais j’avoue que là, je n’étais fier de personne. Seule l’extrême droite peut continuer de se frotter les mains. Merci à toutes et tous.

Pauvre classe politique au ras des pâquerettes, enfermée dans ses représentations d’un autre temps.

Publié le
Catégorisé comme politique

Par Vincent Breton

J'ai exercé plus de quarante ans au sein de l'Éducation nationale. Sur VincentBreton.fr je partage de la poésie, des chansons et sur Koikidit.com un journal singulier et citoyen

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :